le-blog-d-eglantine-lilas

le-blog-d-eglantine-lilas

Le cidre

De cette communauté " Les Croqueurs de mots" que j'ai vu naître ,

bien qu'exilée sous d'autres cieux, des jeudis je garderai le plaisir de la poésie.

 Et Pour M'Ame JB le cidre nouveau est avancé !

 


 

 

Je veux en vider un grand litre. 
C'est très chic le cidre, et d'abord 
C'est le tien ! je l'aime à ce titre. 
Il est clair, derrière sa vitre, 
Comme une aube des Ciels du Nord.

C'était le cidre de Corneille, 
Ne pas confondre avec le Cid : 
Le premier sort de la bouteille, 
L'autre, le casque sur l'oreille, 
Doit venir de Valladolid.

C'était le cidre de Guillaume, 
Duc des Normands pleins de valeur, 
Qui fit, sur leur nouveau royaume, 
Flotter les plumes de son heaume, 
Plus doux que les pommiers en fleur !

Ah ! vos pommiers criblés de pommes, 
Savez-vous qu'ils ne sont pas laids ! 
Il me semble que nous y sommes, 
Non loin des flots, où sont les hommes, 
Près du sable, où sont les mollets.

Et les pommes donc ! qui n'adore 
Leurs jolis rouges triomphants ! 
Qu'elles soient deux ou plus encore ; 
Sans les pommes que l'on dévore, 
Personne ne ferait d'enfants.

L'humanité serait peu flère ; 
Vos cœurs, Femmes, seraient glacés. 
Sans les pommes... qu'avait ton père, 
Sans celles qu'adorait ma mère 
Oh !... plutôt trop, que pas assez.

Ah ! bienheureuses sont les branches, 
Qui cachent, dans leur gai fouillis, 
Le cidre d'Harfleur ou d'Avranches, 
Que l'on boit gaiement, les dimanches, 
Aux cabarets de ton pays !

Et bienheureux sont ceux qui portent 
Ces fruits dans toutes leurs saveurs ; 
Que jamais, jamais ils n'avortent, 
Puisque aussi bien c'est d'eux que sortent 
Les Buveuses et les Buveurs !

Germain Nouveau.

Poète français né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est décédé le 4 avril 1920.

 



14/08/2014
15 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres